Le ciel vu de Gland
430m - Vaud - Suisse
Francois Bocherens
fr.bocherens@bluewin.ch

La grêle dévaste le Lavaux 21 juillet - 21h

Orage dévastateur sur la Riviera lémanique



Depuis lundi, tout ou presque a été dit sur la violence de l'orage qui a touché de plein fouet la Riviera lémanique entre Chexbres et Villeneuve. Mais décernons pour commencer un grand coup de chapeau à MétéoSuisse qui avait émis dimanche déjà un bulletin d'intempéries et prévoyait que l'essentiel de l'activité orageuse prendrait place entre 15 heures et 21 heures. Ce bulletin a été complété lundi après-midi par des flashs diffusés régulièrement à la radio et qui ont clairement annoncé l'arrivée d'une "super cellule" orageuse au potentiel dévastateur sur la Riviera.



Revenons quelque peu sur cette journée de lundi. Lundi matin, à l'avant du front, de l'air très chaud stagne sur la Suisse. Le soleil ne tarde pas à faire monter le mercure à des niveaux de plein été : 30.2° à Genève, 29.9° à Payerne, 28.3° à Sion, 27.4° à Aigle, 27.3° à Pully... Dans les vallées des Alpes orientales, un bref coup de foehn propulse même le mercure jusqu'à 32.7° à Vaduz (Liechtenstein) et 32.5° à Coire.



Sur l'image satellite de l'Europe occidentale, lundi en fin de matinée, on ne distingue pas de perturbation bien organisée à proximitié de nos contrées. Seulement des taches nuageuses qui vont en s'élargissant et qui stigmatisent l'arrivée d'air nettement plus froid en haute altitude : c'est en fait dans la région des Alpes qu'a lieu la frontogenèse, la formation de la perturbation. Une première ligne d'averses et d'orages envahit très rapidement la Romandie vers midi avant de se décaler vers l'est.



Vers 14h30, une cellule orageuse violente se développe dans le bassin genevois. En quelques minutes, fortes rafales de vent et pluies diluviennes s'abattent sur Genève sous un ciel très bas et sombre. Cette cellule se déplace ensuite le long de la rive française du lac Léman en provoquant des dégâts dans le secteur Annemasse-Evian-Thonon puis traverse le lac et "explose" littéralement en touchant l'est du bassin lémanique. Outre des pluies diluviennes, des grêlons d'une taille exceptionnelle dévastent les vignobles du Lavaux et engendrent des dégâts considérables aux habitations et aux véhicules de la région de Vevey-Montreux. Des rafales de vent d'une intensité tout à fait exceptionnelle sont également mesurées : 160.6 km/h au Bouveret - soit la seconde plus forte rafale observée en Suisse dans les régions de plaine après les 162 km/h mesurés à Schaffhouse lors du passage de l'ouragan Lothar le 26 décembre 1999 -, mais aussi 107.3 km/h au Moléson, 78.8 km/h à Aigle et 75.6 km/h à Oron. Les vents restent plus raisonnables dans les autres régions : 65.9 km/h à La Dôle et à Changins, 58.7 km/h à Genève, 58 km/h à Pully.



Cette vague orageuse s'est ensuite dirigée vers le canton de Fribourg où elle a encore causé de fortes chutes de grêle dans la région d'Albeuve. Même si les orages ont été moins violents dans le reste du pays, ils n'en ont pas moins provoqué de violentes rafales et de fortes pluies, notamment dans la région de Glaris où les pointes de vent ont atteint 101.9 km/h et où il est tombé 17.5 mm de pluie en 10 minutes (34.2 mm au total). Avec la poursuite des pluies orageuses dans la nuit de lundi à mardi, le plus important cumul a été relevé à Zurich Kloten avec 47 mm. Genève a tout de même enregistré, avec 22.2 mm, un copieux et bienvenu arrosage.



Depuis mardi, nous sommes sous l'influence d'un anticyclone sur le proche Atlantique, dans une masse d'air agréablement chaude mais sans excès. Après cinq journées caniculaires successives, Genève a ainsi enregistré des maxima de 25.5° mardi, 26.8° mercredi et 26.5° jeudi. Sous l'influence du vent du nord, il a fait très chaud au Tessin avec 31.1° à Locarno. Dans l'est du pays, le passage d'un front froid peu actif a néanmoins provoqué quelques averses dans la nuit de mercredi à jeudi ainsi que jeudi matin, totalisant jusqu'à 20 mm dans le massif de l'Alpstein (Alpes glaronaises). Le temps devrait rester bien ensoleillé et modérément chaud (24 à 27°) dans nos régions vendredi et samedi. Dimanche, les vents d'ouest se renforceront à l'avant d'une dépression sur les Iles britanniques. Le front chaud qui lui est associé devrait toucher la Suisse en cours de journée, provoquant un peu de pluie. Dès lundi, les contrastes thermiques vont se renforcer sur l'ouest de l'Europe, avec la présence d'un système dépressionnaire s'étendant de la Scandinavie à la péninsule ibérique. La région alpine se trouverait alors exactement dans la zone frontale avec, à l'avant du système, un courant chaud et humide de sud-ouest, et derrière lui une descente d'air plus froid. Cette limite de masses d'air devrait lentement se décaler parallèlement aux Alpes dans le courant de la semaine prochaine et pourrait provoquer dans nos contrées, malgré des températures de saison, des pluies abondantes. Une situation encore susceptible d'évoluer et qui mérite d'être surveillée.





Quelques chutes de grêle mémorables



Le 8 juillet 2004, de très violents orages avaient déjà affecté le Plateau et le Jura, mais surtout du côté alémanique, faisant pour plus de 30 millions de francs de dégâts. On avait alors mesuré des vents de 104 km/h à Schaffhouse, alors que des chutes de grêle particulièrement étendues avaient ravagé de nombreuses régions du centre et de l'est du Plateau. La situation générale était alors très similaire à celle de lundi, avec un afflux d'air chaud et humide en provenance du sud-ouest et une arrivée d'air plus frais dans les couches supérieures de l'atmosphère. Dans la région du lac de Constance, des grêlons de 4 cm avaient alors été observés.



Le 24 juin 1994 en soirée, la Suisse romande, et le canton de Vaud plus particulièrement, avaient également été très touchés par de violents orages de grêle et des rafales de vent à plus de 90 km/h. Vignes et cultures avaient beaucoup souffert et plus de 30'000 véhicules avaient été endommagés. Pour la première fois de son histoire, l'assurance contre la grêle avait fourni des prestations dépassant les 100 millions de francs.



Le lundi 18 août 1986, de forts orages avaient également été à l'origine d'une chute de grêle tout à fait exceptionnelle sur la ville de Genève qui avait causé des dégâts considérables, en carrosseries notamment ! Il est très curieux que nos médias, assoiffés de sensationnalisme mais si peu inspirés pour la mise en perspective des événements, n'aient pas évoqué ce cas.



Il faut remonter à la nuit du 18 au 19 septembre 1975 pour trouver la chute de grêle la plus violente et la plus étendue de ces cinquante dernières années au moins. Une colonne de grêle large de 200 km, ce qui est tout à fait exceptionnel, avait alors ravagé le Plateau de Genève au lac de Constance, causant des dégâts aux cultures pour 30 mio de francs et aux véhicules pour 100 mio au moins... Le taux de motorisation de l'époque étant bien éloigné de celui d'aujourd'hui, on peine à imaginer la violence du phénomène !











fr.bocherens@bluewin.ch




Archives

REPRISE
19 mars - 00h

Arrêt des éditos
31 mars - 18h

Situation à surveiller
1 mars - 16h

Vague de froid tardive, comme il y a une année...
24 février - 17h

Encore beaucoup de neige au sud des Alpes
19 février - 21h

Petit coup de blanc
9 février - 00h

Intermède perturbé en vue
5 février - 21h
 1  2  3  4  Suivants 

 Archives